Dienstag, 5. Oktober 2010

Le film "revenu de base, une impulsion culturelle"

Vous pouvez regarder ci-dessous en ligne le film "revenu de base, une impulsion culturelle"

Kommentare:

  1. Un film qu'il faut regarder!

    AntwortenLöschen
  2. très beau film sur le revenu de base

    AntwortenLöschen
  3. Un espoir, en quelque sorte !
    Je diffuse l'info pour que l'idée fasse du chemin.

    AntwortenLöschen
  4. UTOPIE !!!! mais ça ferait avancer sur d'autres chemins
    un COMMUNISME du 21 éme ou plutot du 22ème siècle ???
    je retransmets

    AntwortenLöschen
  5. Un des 4 piliers de l'Economie Distributive :
    http://economiedistributive.free.fr/spip.php?article19

    AntwortenLöschen
  6. J'ai failli pleurer de joie en voyant cette caissière qui aime tellement son emploi qu'elle s'y rendrait même si elle n'était pas payée. Mises à part ces quelques séquences de bonheur insoutenables, l'utopie donne à l'histoire un sens assez alléchant.

    AntwortenLöschen
  7. il n'y a pas que la consommation dans les cafes... comment ce systeme financera-t'il les travaux publics (chemins de fer, routes...), les universites, la recherche, les ecoles, les hopitaux, la securite sociale, les dechets....

    AntwortenLöschen
    Antworten
    1. On voit que tu n'es pas bricoleur toi ;-)

      Tu t'es jamais demandé ce que pouvaient bien trouver les petits artistes d'intéressant dans la sculpture, et autres arts ? Qui y passent des heures sans aucune rémunération (ou si ridicule pour la plus part).

      Ce qui est chiant dans un travail c'est avant tout le supérieur hiérarchique qui t'empêche de faire ton travail... car lui n'en à pas ;-)

      Löschen
  8. Pour:
    Arrêter de faire semblant (des études bidon par exemple)
    Donner du sens à ce que l'on fait
    Rompre avec les idées reçues
    ALORS:
    VITE, Faites circuler sur Facebook ce film génial.

    Un grand Merci à Mona Chollet pour diffuser l'idée sur Périphéries Magazine.

    AntwortenLöschen
  9. Est-ce que ce film existe en anglais?

    AntwortenLöschen
  10. Bastien a raison, je pense qu'il est nécessaire d'effectuer des traductions du film !

    AntwortenLöschen
  11. Ne craignez-vous pas que cela se traduise par un retour des femmes vers les foyers ? Voir la réaction de la future maman, qui songe tout de suite à rester à la maison pour élever ses enfants. Ah bon, un enfant ça ne s'élève pas à deux ?

    AntwortenLöschen
    Antworten
    1. Oui, c'est aussi un peu ma crainte. Mais ça ne m'empêche pas d'être enthousiaste à cette idée de revenu de base.

      C'est aussi aux femmes (dont je suis) d'imposer le partage des tâches.

      Löschen
    2. Cela signifie surtout que les futurs parents (ou parents) seront libres de CHOISIR... tout simplement.

      Löschen
  12. Remarquable film. Le monde "bouge"...
    Les idées s'organisent. Stéphane Hessel, Edgard Morin et bien d'autres en France, en Europe et dans le monde apportent leur pierre à l'édifice de cette Terre-Patrie qu'il nous appartient de construire tous ensemble sans qu'il y ait des "laisser pour compte".
    Le Revenu de Base en est la "clef de voute"
    Je défends cette idée depuis des lustres et ce film est un bonheur par sa simplicité. J'en fait une publicité sans modération sur le site qui évolue au fil des débats, des idées, des propositions, des témoignages...

    AntwortenLöschen
    Antworten
    1. Rectification sur le texte proposé : Ce n'est pas Thomas Moore mais Thomas Paine qui a promu le Bevenu de Base.

      Löschen
  13. Dieser Kommentar wurde vom Autor entfernt.

    AntwortenLöschen
  14. Merci de nous offrir à travers ce film remarquable ces magnifiques graines qui, même si elles ont été semées il y a déjà fort longtemps, finirons peut-être un jour par produire une réalité enfin différente et humaine.

    AntwortenLöschen
  15. Merci pour ce formidable film, on met en page d'accueil le lien pour venir le voir sur notre site durant plusieurs jours :

    http://danactu-resistance.over-blog.com/

    AntwortenLöschen
  16. Très déçu, ou comment faire passer pour une mesure sociale et culturelle (1ère heure)ce qui n'est qu'en fait une propagande ultra-libérale (dernières 30mn). Beaucoup d'approximations, oublis volontaires d'effet pervers basiques, vocabulaire patronal (cotisations=charges, salariés=collaborateurs etc...), vision simpliste et étriquée du rapport de force/négociation du revenu. Nombreuses contradictions > 1/ les gens travailleraient quand même, puis 2/ tu me paie plus sinon je glande. Avec sur-valorisation de la famille, et la Suisse comme exemple : sans blague ! TVA sociale etc...Libertariens on vous a vus !

    AntwortenLöschen
    Antworten
    1. C'est vrai qu'on a réussi à faire une société règlementée complètement abscons ... il est tant d'en changer !

      Löschen
  17. @Lilou45
    C'est vrai qu'il n'y a pas de contre-hypothèse dans ce film - il n'y a qu'une seule personne qui se dit 'trés sceptique' - ce qui le rend de nature plutôt propagandiste. J'ai aussi noté la valorisation de la famille qui m'a fait sourcillée (je suis un non-parent et fière de l'être).

    J'avoue qu'il m'a tout-de-même fait réfléchir. Je ne suis pas économiste mais je vais de ce pas m'inscrire à des cours d'économie pour être un peu au fait et, j'espère, m'apercevoir que la lueur d'espoir insufflée par ce film n'est pas qu'une belle utopie.

    AntwortenLöschen
    Antworten
    1. cool, le revenu de base est aussi la solution à la surpopulation :-)

      Löschen
  18. Au début du film, on se dit: "tiens, une idée novatrice! Une idée utopique mais attendons de voir comment ils la rendent réaliste". Mais les minutes passent et ce moment n'arrive pas. Le film est mauvais, mauvais parce qu'il masque la réalité, notamment en appuyant l'argumentation par quelques interventions soigneusement sélectionnées, une démarche manquant très clairement d'objectivité. Un exemple parmi d'autres: l'hôtesse de caisse qui aime aller travailler. Dans quel monde vivent les réalisateurs du film?? Aucun doute que l'entretien est authentique, mais est-il représentatif? Combien d'hôtesses de caisse partagent ce point de vue? 10%? 20%? Combien? Ce film est une perte de temps, et c'est bien regrettable.

    AntwortenLöschen
    Antworten
    1. Avec le revenu/salaire de base/inconditionnel, il y aurait des machines à la place des caissières, et tout le monde serait content car les métiers chiants c'est bien car on "crève la misère" que l'on préfère les faire sois même.
      C'est là que l'on voit que même les associations syndicales risquent de ne pas survivre au R.B., et oui, personne n'a vraiment envi de ce revenu, car la plus part d'entre nous croyons avoir une position "jugée de privilégié" par rapport à d'autres, dans notre système actuel, alors que c'est juste être un peu moins contraint que d'autre à faire des choses peu attrayantes. Sinon pourquoi les caissières militent contre les caisses automatiques en ce moment ???

      Löschen
    2. Pourquoi les caissières militent contre les caisses automatiques...???? Pour ne pas perdre leur travail car qui dit travail, dit aussi sentiment de dignité. Perdre son travail et devenir financièrement dépendant de l'état pour pouvoir vivre ou survivre, c'est ce risque qu'elles combattent!
      Quand on dit je n'ai plus de travail il faut surtout entendre: je n'ai plus de revenus.
      Avec le revenu de base, plus personne ne serait confronté au "crève la misère" (comme tu dis). Un revenu pour tous, c'est la priorité; le travail choisit le sera alors vraiment!

      Löschen
  19. http://www.gara.net/azkenak/10/294701/eu/La-Diputacion-Gipuzkoa-propone-crear-una-Renta-Basica-Ciudadania-universal-e-incondicional

    AntwortenLöschen
  20. Frédéric Berney2. Dezember 2011 07:45

    Il est intéressant de constater que, parmiles commentaires "anti" revenu de base, on taxe (sic!) de libérale une idée qui consiste à rétablir un équilibre dans le raport de force entre patrons et employés...
    Très curieux, en effet, comme s'il était devenu impossible de considérer les relations autrement que comme nécessairement déséquilibrées et comme si la seule logique valable était celle de l'affrontement...
    Curieux également que l'on reproche aux auteurs de mettre en valeur une caissière de grand magasin qui aime son boulot; eh! est-il simplement interdit d'apprécier ce que vous ne souhaitez pas faire? Nous ne sommes pas tous obligés d'avoir des ambitions démesurées, et il est peut-être sain de mettre en évidence de simple citoyens, qui n'ont plus besoin de croire aux contes de fées. N'est-ce pas plutôt le modèle donné par l'ambition qui nous mène à la catastrophe?
    La démonstration que propose ce film me paraît absolument probante: on y voit poindre un allègement des crises actuelles (chômage, écologie, surconsommation, hyperindividualité,...). En rendant facultatif ce qui est communément appelé "travail" - et qui regroupe surtout le travail salarié! - un revenu de base autorise toute une gamme de travaux d'intérêt général, souvent négligé et laissé aux seuls bénévoles; ce "travail"-là consiste surtout à rendre la vie de chacun supportable, grâce au partage et à la reconnaissance de valeurs non marchande (partage, solidarité,etc...), toutes chose sque le régime capitaliste ne permet pas.
    Et après tout, même si cela était du libéralisme, que c'est que ça peut bien f..., tant les bien moins lotis y trouvent leur compte?
    Qu'est-ce que ça peut bien f..., si ça reprend un tant soit peu du pouvoir accaparé par l'avidité de quelques uns?
    Nous avons mis en place une société de sur-abondance, dont il est temps de partager les effets bénéfiques; le signal de ce changement est clair: il est donné par le fait que la logique actuelle du système nous mène à notre ruine, progressivement, mais sûrement!
    Voilà.
    Merci aux auteurs de ce film.

    AntwortenLöschen
  21. traduction en anglais pour partager +++ SVP

    AntwortenLöschen
    Antworten
    1. http://dotsub.com/view/26520150-1acc-4fd0-9acd-169d95c9abe1
      changer la langue sur la flèche: German[100%]

      Löschen
  22. Je diffuse ce film autant que je peux.
    Il existe maintenant une version courte (56mn)
    Pouvez-vous la mettre en ligne car elle facilite les débats qui suivent la diffusion.
    Merci
    Bernard HERON

    AntwortenLöschen
  23. superbe le revenu de base mais le gouvernement voudrais le metre a jour car ceux qui on de l'argent ne veulent pas que les autres en on

    AntwortenLöschen
  24. depuis 15 ans je me bats pour l'abolition de la misère lire :
    http://art-psy.blog.lemonde.fr/2012/08/13/pour-labolition-de-la-misere-manifeste/

    art-psy@wanadoo.fr

    AntwortenLöschen
  25. Salut a tous.

    Après avoir vu le film, il me viens une question:
    Après avoir reçu et dépenser 1000 € (exemple) de Revenu de Base et qu'en payant chaque article il revient au financement du Revenu de Base qu'un pourcentage estimé à 50%, qu'est ce qui financera les 50% qui reste pour redonner 1000€ a chacun ?

    AntwortenLöschen
    Antworten
    1. Salut à vous,

      Si j'ai bien compris, c'est la TVA payée par ceux qui dépensent plus que deux fois le revenu de base. L'état verse en quelque sorte une avance de TVA. Si le RB est de 1000 €, en donnant 1000, l'état sait que 500 lui seront retournés sous forme de TVA. Il ne "donne" en fait que 500. Le citoyen qui dépense 2000, ne fait que rendre les 1000 "donné" par l'état. C'est au delà d'une dépense de 2000 que l'état s'y retrouve, il perçoit alors plus qu'il n'a donné et ce sont ces rentrées qui financent les 50% de ta question.

      Ce qui m'intrigue, moi qui suis attaché aux services publics (à la différence de la commission européenne), c'est leur financement, car ils échappent au système marchand. Je me demande si cette TVA à 50% suffirait pour financer toutes nos infrastructures. Car les "riches" ne dépensent pas tout leur revenu, ils font des placements qui aujourd'hui ne servent bien souvent plus l'économie réelle, mais le "casino". Ces revenus du capital seraient-ils taxés de la même façon que les revenus du travail ? C'est, pour moi, le gros trou noir du film. Si quelqu'un peu m'éclairer, je le remercie.

      Bien à vous,

      Löschen
  26. Pour répondre à ta question:

    " Après avoir vu le film, il me viens une question:
    Après avoir reçu et dépenser 1000 € (exemple) de Revenu de Base et qu'en payant chaque article il revient au financement du Revenu de Base qu'un pourcentage estimé à 50%, qu'est ce qui financera les 50% qui reste pour redonner 1000€ a chacun ? "

    Ceux qui travaillent ont un revenus en plus du Revenu de Rase, eux aussi payent, en plus de leur RdB, les 50% sur chaque articles qu'ils achètent, voiture plus chère, maison, etc…. C'est de là que viendront, ce qui à tes yeux manquerait. C'est de là aussi qu’actuellement viens l'argent qui finance tout notre système et qui, les services des impôts, indemnités de chômage, services sociaux, etc.… ne seront plus à financer.
    Puis le travail de l'état, sera aussi de trouver ce juste équilibre (en jonglant sur les pourcentages plus ou moins élevé, dans certains secteurs, comme par exemple les voyages, les voitures de luxes, etc., réservé à ceux qui ont justement le pouvoir d’achat de ceux qui travaillent). Et avec des caisses tampons qui serviraient comme on le fait avec les canaux lorsqu’ils manquent d'eau et lorsqu'ils y en à trop.
    Je pense que je suis assez claire et que je suis compris. lol.

    Cordialement.

    Frédéric Crigny

    AntwortenLöschen
  27. Bonjour,

    Je constate que ce blog n'est plus autant commenté qu'à ses débuts. L'émission télévisée de lundi dernier que j'évoque plus bas va certainement contribuer à une relance.

    Je ne suis pas économiste et j'ai toujours éprouvé beaucoup de difficultés à comprendre les rouages de l’économie. Je suis simplement un citoyen français à la recherche d'un système plus juste qui respecte notre devise républicaine « liberté, égalité, fraternité ». Cette semaine, Frédéric Taddéï, dans son émission télévisée "Ce soir, ou jamais", m'a fait redécouvrir de plus près le "salaire universel" proposé par Bernard Friot. Si j'approuve son concept, sa vision nettement anticapitaliste me semble tellement éloignée des principes de ceux qui disposent du pouvoir actuellement, qu'elle a peu de chance d'aboutir.

    Lors de l'émission, il a été aussi question du « revenu de base » qui sera proposé au vote des suisses et qui fait également l’objet d’une initiative citoyenne européenne (pour laquelle il est possible, d’ores et déjà, de soumettre notre signature).

    Curieux, je me suis promené sur la toile pour y découvrir votre blog et notamment le film "Revenu de base, une impulsion culturelle". Cet autre concept ne remet pas en cause le capitalisme (comme l’expliquait Bernard Friot), mais présente l’avantage d’une acceptation plus grande de la part de nos concitoyens (y compris des détenteurs éclairés du pouvoir qui prennent conscience que trop c’est trop et que s’ils continuent, sans infléchir leurs pratiques, ils vont aussi dans le mur).

    Une consultation attentive du film me conduit à m’interroger. Le film a été réalisé, semble-t-il, par des allemands qui ne disposent pas du même système de retraite que nous et qui sont attachés aux revenus des capitaux investis. D’où mes deux interrogations principales :

    1. Qu’advient-il des retraites de base et des retraites complémentaires lors de la mise en œuvre du revenu de base ?

    2. La TVA est le seul impôt prélevé, elle passerait à 50 %. l’IRPP disparaît. Que deviennent les impositions sur le capital ? Lorsque j’achète une action 100 € HT, est-ce que je paierai 150 € à mon vendeur qui reversera 50 € de TVA à l’état ?

    Le film n’évoque à aucun moment (sauf erreur de ma part) la participation des rentiers au fonctionnement de leur pays. La mise en œuvre du revenu de base mettrait-elle fin à la fuite des capitaux vers l’économie « casino » ?

    Merci aux économistes, partisans de ce revenu, de bien vouloir m’éclairer.

    Bien cordialement,

    Jacques Soyer

    AntwortenLöschen